REEF SERVICES

http://corail.univ-perp.fr/wp-content/uploads/2017/06/ReefServices_Header_2-655x300.jpg



PÉRIODE
2017-2020

ZONE D'ÉTUDE
Polynesie française

COLLABORATEURS

École Pratique des Hautes Études (EPHE)
PSL Research University Paris
Centre de Recherches Insulaires et Observatoire de l’Environnement (CRIOBE USR3278)
Lancaster University
ARC Centre of Excellence for Coral Reef Studies
Smithsonian Institution
Marbec | Marine Biodiversity, Exploitation and Conservation
Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS)
Institut de recherche pour le développement (IRD)
Université Perpignan Via Domitia (UPVD)
Université de Montpellier

SOURCE DE FINANCEMENT


Changement climatique et services rendus par les récifs coralliens
Mesurer et prédire les conséquences du réchauffement climatique sur les récifs coralliens et les services qu’ils rendent (pêche, tourisme, protection des côtes).

Les récifs coralliens abritent la plus grande biodiversité marine et rendent de nombreux services aux hommes : pêche, tourisme, protection des côtes. Plus de 500 millions de personnes en dépendent pour leur subsistance. Problème : ces oasis de vie sont extrêmement sensibles aux modifications de leur environnement (réchauffement, acidification, pollution, surpêche) et on assiste actuellement à un blanchissement massif et global des récifs, signe d’une rupture de la symbiose entre le corail et ses micro-algues. En 2016, 93% de la grande barrière de corail a ainsi blanchi et environ 80% des coraux de Kiribati, Samoa, Fidji et Tonga seraient déjà morts. En 2017 les mêmes récifs du Pacifique sont en train de blanchir à nouveau : c’est la première fois dans l’histoire que l’on assiste à deux phénomènes globaux de ce type durant deux années consécutives.

Effets du blanchiment des coraux et du cyclone Oli sur les récifs coralliens de Moorea (Polynésie française, photos prises au même endroit aux deux dates).

Il reste encore de grandes inconnues quant à l’impact de ce blanchissement sur le fonctionnement de cet écosystème et les services qu’il rend à l’Homme. C’est pourquoi, une équipe de chercheurs français, anglais, américains et australiens, dirigé par Valeriano Parravicini de l’École Pratique des Hautes Études (EPHE)/CRIOBE (USR 3278 PSL-EPHE-CNRS-UPVD), va mener entre 2017 et 2019 dans les îles de la Polynésie française une évaluation exhaustive du rôle de chaque espèce de poissons coralliens dans les différents services écologiques (services d’approvisionnement, de soutien et culturels). En outre, en s’appuyant sur les observations accumulées durant plus de trente ans dans les sites de Pacifique suivis par le Centre de Recherches Insulaires et Observatoire de l’Environnement (CRIOBE USR 3278 PSL-EPHE-CNRS-UPVD), les chercheurs vont pouvoir reconstruire et quantifier l’impact des perturbations environnementales, afin de prédire de manière plus précise les conséquences du réchauffement climatique en cours sur les services rendus par les récifs.

Ce projet est dirigé par Valeriano Parravicini, Ecole Pratique des Hautes Etudes/CRIOBE (USR 3278 PSL-EPHE-CNRS-UPVD).

Il est porté par une équipe de 12 chercheurs situés en France (Université de Montpellier, IRD, École Pratique des Hautes Études à Perpignan, CNRS, Université de Perpignan), en Australie (James Cook University – ARC Centre of Excellence for Coral Reef Studies à James Cook University à Townsville, Australie), au Royaume-Uni (University of Lancaster – Lancaster Environment Centre) et aux Etats-Unis (The Smithsonian Institution à Washington DC).